EN ÉTÉ: DÉSHUMIDIFIER POUR AMÉLIORER LE CONFORT THERMIQUE

Durant les chaudes journées d'été, le taux d'humidité dans l'air ambiant est un facteur très important de notre impression de bien-être ou d'inconfort. Le contrôle de ce pourcentage d'humidité dans un espace habité apporte presque infailliblement une nette amélioration du confort thermique pour les occupants.

Contrairement aux conditions hivernales, l'air extérieur en été est généralement aussi humide que l'air intérieur. Par conséquent, la ventilation de pièces habitées par l'ouverture des portes et des fenêtres, ou l'utilisation d'un ventilateur mécanique, n'aura habituellement aucun effet sur le taux d'humidité de ces lieux. Il faut donc se tourner vers d'autres moyens pour réduire l'humidité intérieure. Il y en a deux : la déshumidification et la climatisation.

Un déshumidificateur est un appareil qui est constitué grosso modo des mêmes composantes de base qu'un réfrigérateur ou un climatiseur, soit d'un compresseur relié à deux serpentins, un chaud et un froid, dans lesquels circule un fluide réfrigérant. Une fraction de l'air de la pièce est aspiré par un ventilateur localisé à l'intérieur de l'appareil.

L'air est d'abord refroidi par le serpentin froid, appelé serpentin assécheur, ce qui provoque la condensation d'une partie de son humidité. Les gouttelettes d'eau produites s'écoulent alors soit dans un réservoir, qui doit être vidangé périodiquement, ou directement dans un tuyau d'égout.

L'air ainsi déshumidifié passe immédiatement à travers le deuxième serpentin, appelé serpentin du condenseur, et récupère la chaleur qu'on lui a enlevé précédemment pour revenir ainsi à sa température initiale. Le même ventilateur intégré à l'appareil pousse finalement cet air, maintenant moins humide, dans la pièce où il se mélange à l'air ambiant.

Ces appareils sont d'autant plus efficaces que l'humidité dans l'air est élevée. C'est le cas de très nombreux sous-sol où une mauvaise imperméabilisation des murs de béton et du plancher, combinée à un drainage inadéquat des fondations, laissent diffuser de l'humidité à travers les parois.

Lorsque l'on utilise un tel appareil pour abaisser le taux d'humidité dans l'air, il faut évidemment limiter les échanges d'air entre l'espace où l'air est déshumidifié, les autres pièces et l'extérieur. Il faut donc fermer portes et fenêtres afin de délimiter la zone où l'air est traité. De plus, il faut choisir un appareil dont la capacité de déshumidification convient aux conditions d'opération prévues.

Les capacités de déshumidification, indiquées dans la documentation sur les appareils, sont données en litres d'eau enlevée de l'air, par période de 24 heures, lorsque l'air est à 27o et l'humidité relative à 60%. Si les températures et les taux d'humidité réels sont inférieurs à ces valeurs, la déshumidification est alors plus difficile et la capacité de l'appareil diminue. Si, de plus, l'air est chaud mais sec (moins de 50% d'humidité), un déshumidificateur ne sera malheureusement d'aucune utilité.

On voit donc que ces appareils, qui coûtent quelques centaines de dollars à l'achat et qui sont peu coûteux d'utilisation, peuvent être intéressants dans les cas où c'est l'excès d'humidité qui fait problème.

Si l'inconfort vient également ou surtout d'une température excessive, il faudra plutôt se tourner vers un autre type d'appareil : le climatiseur. Comme cet appareil refroidi également l'air en plus de le déshumidifier, il procurera évidemment un plus grand degré de confort.

 

 

  • Suivez Chauffage Yves Gagné sur