Comparaison des TARIFS délectricité «D» ET «DT»

 

Depuis 1988, Hydro-Québec et les autres fournisseurs québécois d’électricité offrent, aux propriétaires de résidences, le choix entre deux tarifications électriques : le tarif domestique D et le tarif bi-énergie DT.

De ces deux tarifs, le tarif domestique D est le plus connu et le plus courant. À ce tarif, l’énergie électrique est facturée à deux prix unitaires selon la quantité consommée mensuellement (pour fin de tarification, un mois a une durée de trente jours). Ainsi, les 900 premiers kilowattheures utilisés chaque mois coûtent aux consommateurs, depuis le 1er avril 2007, 5,29 ¢ le kilowattheure. Ces kilowattheures correspondent approximativement à la consommation mensuelle de base d’une résidence moyenne, à savoir la production d’eau chaude de consommation, l’éclairage et l’utilisation des électroménagers.

Les kilowattheures supplémentaires, essentiellement consacrés au chauffage, sont facturés à un prix plus élevé, soit actuellement 7,03 ¢ le kilowattheure. À ces coûts, il faut ajouter le montant mensuel de l’abonnement au réseau électrique (redevance d’abonnement), soit 12,19 $, ainsi que les taxes fédérale (TPS : 6,0 %) et provinciale (TVQ : 7,5 %) pour un total combiné de 14 %..

Puisque plus de 72 % des logements québécois sont actuellement chauffés à l’électricité, la consommation d’énergie électrique, sur l’ensemble du réseau, atteint des sommets durant les mois de décembre, janvier et février. L’énergie électrique ne pouvant être entreposée durant l’été pour être consommée durant l’hiver, Hydro-Québec doit maintenir des équipements qui ne servent que quelques centaines d’heures par année, ce qui représente des coûts très importants pour la société d’État.

Le tarif bi-énergie DT vient justement de la volonté d’Hydro-Québec de réduire la consommation d’électricité durant les périodes de grands froids. Pour ce faire, Hydro modifie sa tarification de façon à amener sa clientèle à cesser d’utiliser l’énergie électrique pour le chauffage pendant ces périodes. En dehors des périodes de fortes demandes, cette même tarification incite les gens à revenir au chauffage électrique pour permettre à Hydro-Québec d’écouler une partie de ses surplus.

Les clients résidentiels abonnés à ce tarif bi-énergie DT disposent d’un compteur à double séries de cadrans, reliés à une sonde extérieure de température. Lorsque la température se maintient, selon les régions, au-dessus de -12°C (comme dans les régions de Québec et de Montréal) ou de -15°C (comme au Saguenay-Lac-St-Jean et en Abitibi-Témiscamingue), toute l’électricité consommée, que ce soit pour le chauffage ou pour les besoins de base, est enregistrée sur les cadrans du bas et facturée à 4,08 ¢ le kilowattheure. C’est un prix unitaire nettement plus bas que ceux du tarif domestique D.

Par contre, lorsque la température descend selon les régions sous les -12 ou -15°C, soit en moyenne autour de 1000 heures par année, l’enregistrement de toute l’énergie électrique consommée se fait sur le deuxième registre, soit sur les cadrans du haut. Actuellement, la tarification s’élève alors à 17,55 ¢ le kilowattheure, quelle que soit l’utilisation de cette électricité. C’est un prix évidemment beaucoup plus élevé que ceux du domestique D. De plus, il faut ajouter à ces montants (comme dans le cas du tarif D) le coût de l’abonnement au réseau électrique de 12,19 $ mensuellement, et les taxes.

Un voyant lumineux, installé dans un lieu en évidence dans la résidence, avertit le consommateur lorsque le tarif élevé s’applique. Ce même signal agit sur le mode de chauffage en délestant automatiquement le chauffage électrique au profit de la source alternative de production de chaleur, soit habituellement un appareil de chauffage au mazout (Voir : «Guide du client - La Bi-énergie résidentielle» et «Schéma de raccordement des équipements de contrôle»).

Étant donné que, dans un système bi-énergie, généralement plus de 70 % de l’énergie utilisée pour le chauffage est du chauffage électrique à bas tarif (la balance étant un combustible), dans pratiquement tous les cas le chauffage à la bi-énergie, combiné à la tarification bi-énergie, permet aux consommateurs de réaliser des économies intéressantes.

Compte tenu également que, sur une année complète, le bas tarif s’applique sur plus de 85 % du temps annuel, en faisant preuve d’une certaine discipline et d’attention on peut aussi parfois faire des économies sur le coût de l’électricité de base. 

Camille Gagnon, Technologie de la mécanique du bâtiment

 

 

 

 

  • Suivez Chauffage Yves Gagné sur